Cette guerre n’est pas notre guerre ! (une opposition syndicaliste, 1915)

Août 1915. Tandis que le CGT et ses principales publications, depuis un an, se sont ralliées à l’Union Sacrée et au bellicisme, une minorité, au sein des syndicats, commence à lutter contre la Guerre. L’un des premiers textes qui en témoignent : une circulaire par laquelle la Fédération nationale des syndicats d’institutrices et d’instituteurs, en septembre 1915, porte à la connaissance de ses membres la résolution qu’ils ont portée, en août, à la Conférence de la C.G.T. réunie à Paris.

Cher Camarade,

Les Institutrices et Instituteurs syndiqués réunis en conférence le 14 août 1915, à Paris, ont décidé de présenter le 15 août, à la Conférence Confédérale de la C. G. T., les déclarations suivantes :

La réunion, considérant :

Que les peuples ont été entraînés à la guerre sans que leurs intérêts véritables soient opposés, bien au contraire ;

que la guerre actuelle fait et fera leur malheur commun et que la tâche des véritables amis des peuples doit être d’essayer de la faire cesser le plus promptement possible ;

que si les Empires centraux font figure d’agresseurs, la cause profonde d’une pareille calamité est dans le défaut d’entente des masses populaires qui n’ont pas su s’opposer à l’exaspération des appétits capitalistes et qui ont fait l’abandon de leur sort entre les mains de représentants plus ou moins désintéressés ;

que le remède est dans leur union dans la reconstitution de l’Internationale ;

qu’une fraction de la social-démocratie allemande semble toute disposée à accepter une entente et que des fractions socialistes de divers pays sont dans cet état d’esprit.

La réunion :

Donne mandat à ses délégués au congrès de la C.G.T. de reclamer de cette organisation une action pour l’entente immédiate avec les organisations ouvrières des pays belligérants et neutres en vue d’amener le rétablissement de la paix, paix qui garantira les droits des prolétariats ;

invite tous les instituteurs syndiqués faisant partie de groupements socialistes à faire dans leur milieu une active propagande pour que le Parti socialiste français suive la ligne de conduite tracée ci-dessus ;

invite la rédaction des journaux avancés à travailler dans le même sens et déclare préférer voir ces publications paraître en partie en blanc plutôt que de les voir se soumettre aux exigences du pouvoir.

***

Le lendemain 15 août, cette déclaration fut présentée à la Conférence confédérale. Comme trois ordres du jour étaient soumis au vote de cette conférence, la Fédération des Syndicats d’Instituteurs se rallia à celui qui fut présenté par Merrheim, délégué de la Fédération des Métaux.

Voici cet ordre du jour:

La Conférence Nationale des Organisations Syndicales Françaises : Bourses du Travail, Unions Départementales de Syndicats, Fédérations Nationales corporatives et d’industries, tenue à Paris, le 15 août 1915 :

Affirme qu’il est du devoir, après un an de carnage, le plus épouvantable et le plus atroce que les hommes aient connu, de déterminer nettement l’action présente et future des organisations syndicales françaises vis-à-vis de la Guerre et de ses conséquences.

La Conférence déclare :

Cette guerre n’est pas notre guerre !

Guerre de races : Latins contre Germains et Germains contre Slaves ! clament d’aucuns. La Conférence s’élève contre une telle affirmation. Elle la condamne de toute son énergie comme criminelle et néfaste au développement et à l’unité morale et matérielle de l’Internationale ouvrière.

On prétend que cette Guerre est faite pour libérer les nations opprimées ; mais, chaque gouvernement, comme ceux qui expriment leur pensée, prétend apporter aux peuples opprimés antérieurement à la guerre, la libération définitive.

C’est contre cette prétention que s’élève la Conférence. Elle estime que les Etats belligérants, par cela même qu’ils représentent la société capitaliste, sont impuissants à résoudre ce problème.

Elle l’appelle que, conformément aux traditions et aux principe syndicalistes, seule, la lutte des classes, par la victoire du prolètariat, dans chacun des pays opprimés, pourra apporter aux peuples soumis à l’exploitation économique du patronat moderne, une libération qui ne sera pas une duperie.

Tandis que la Guerre ne peut qu’asservir davantage les travailleurs, surexciter les haines internationales, rendre illusoires leurs espérances les plus humaines et les plus nobles, au plus grand profit du capitalisme et que, pendant que les masses laborieuses se saignent et périssent, pendant que la petite propriété se voit condamner à la ruine, la bourgeoisie capitaliste dans tous les domaines, profite de la Guerre pour accumuler les richesses par la spéculation.

C’est pourquoi la Conférence répète :

Cette guerre n’est pas notre guerre !

Loin d’être exclusivement, comme on ne cesse de nous le clamer, la Guerre de l’Impérialisme Germanique contre l’Europe, elle n’est que le résultat du choc de tous les impérialismes nationaux qui ont intoxiqué tous les Etats, grands et petits, et qui ont pris naissance dans les ambitions démesurées, essentiellement égoïstes, des classes dirigeantes.

Devant le gouffre effroyable ouvert par la Guerre, TOUS les Gouvernements en rejettent les uns sur les autres la responsabilité immédiate.

Mais, s’il apparaît présentement que c’est l’Autriche et l’Allemagne qui sont les agresseurs immédiats, tant recherchés, la Conférence ne peut oublier que la Guerre est l’aboutissant des conflits politico-économiques qui mûrissaient depuis longtemps au sem de la Société capitaliste et dont chaque Etat belligérant a sa part écrasante de responsabilité directe : La France, en se lançant dans l’ «Aventure marocaine»; l’Italie en faisant la «Conquête tripolitaine» ; l’Autriche-Hongrie, en se jetant sur les «Marchés balkaniques» ; la Russie, en poursuivant son rêve séculaire de «Conquête de Constantinople»; l’Allemagne et l’Angleterre par leur permanent conflit industriel et commercial.

« Tantôt sourd, tantôt aigu, toujours profond et redoutable« , ainsi que le dénonçait éloquemment Jaurès à l’Europe ouvrière, le 18 novembre 1909.

La Conférence est convaincue que l’Histoire démontrera, un jour prochain, que toutes les convoitises de ces nations n’avaient qu’un objectif : Satisfaire les appétits de chacun de leur impérialisme national respectif.

Elle dira que les deux dernières guerres balkaniques furent les conséquences de cette politique de convoitise, et pourquoi, à la conclusion de ces Guerres la Conférence des Ambassadeurs de la Triple Entente et de la Triple Alliance, réunie à Londres, n’a pu trouver les bases d’un accord qui aurait été la garantie certaine de la Paix européenne.

Politique criminelle, reconnue et avouée le 30 juillet 1911, – quand il était trop tard – par le Ministre des Affaires Etrangères anglais, Sir Ed. Grey, écrivant à son ambassadeur, Sir Goschen : « Si la paix de l’Europe peut être maintenue, et la crise actuelle évitée, mes propres efforts tendront à combiner quelque arrangement auquel l’Allemagne puisse participer et au moyen duquel elle ait ta garantie que nulle politique agressive ou hostile sera poursuivie contre elle ou ses alliés, par la France, la Russie et par nous-même, de concert ou séparément. »

La Conférence enregistre ces naroles de Sir E. Grey et en tire la conclusion que, si on l’avait voulu sincèrement, un « Pacte » entre les Etats belligérants était possible et la Guerre évitée.

C’est donc, indéniablement par la faute de tous les gouvernements que, depuis plus d’un an, le sang des travailleurs coule à torrents. Sur les fronts multiples, où le fléau exerce ses ravages, quatre millions de cadavres sont couchés et encore plus de blessés, d’estropiés, de mutilés. Partout des ruines s’amoncellent sur des ruines. Partout des foyers dévastés, des veuves et des orphelins en nombre incalculable s’augmentant effroyablement chaque jour. Tout atteste l’horreur de cette conflagration dans laquelle chacun des camps belligérants s’efforce d’y faire entrer d’autres nations.

JAMAIS ! aucune conquête, aucun butin, aucune victoire, aucune contribution de guerre ne pourra compenser toutes ces souffrances morales et matérielles, ni réparer les destructions, les pertes incommensurables déjà faites. Et après la Guerre, c’est encore le Prolétariat des villes et des champs qui portera le fardeau immense de la liquidation de cette Guerre criminelle.

Au moment où, dans tous les Pays, toute pensée humaine est bannie ; au moment où la haine dirige et conduit aveuglément les Peuples vers leur extermination, la Conférence Nationale des organisations syndicales françaises adresse un suprême appel à la conscience, à la raison des travailleurs français et à l’Internationale tout entière en leur criant :

C’en est assez !

Assez de cadavres ! C’est déjà trop, beaucoup trop que l’Internationale Ouvrière syndicale ait supporté la honte ineffaçable d’une année de carnage sans protester. Après une année de Guerre, les gouvernants de tous les pays sont acculés dans une impasse qu’aucun ne veut avouer. En désespoir de cause, chaque camp belligérant compte sur l’épuisement de l’autre et on a inventé le terme de « Guerre d’usure », comme si I’épuisement des uns ne comportait pas l’épuisement des autres.

La Conférence rejette cette formule dont la réalisation conduirait à la saignée complète de l’Europe par l’extermination des forces vives de tous les pays en guerre.

Elle demande à tous ceux que la haine stupide n’aveugle pas et ayant conservé leur foi en une humanité fraternelle, d’ouvrir le yeux sur cette situation. La Conférence estime que la C. G. T. a trop ignoré les efforts vers la Paix de la minorité socialiste d’Allemagne, de l’Indépendant Labour Party d’Angleterre, du Parti Socialiste Italien et de la majorité des Socialistes Russes, ainsi que l’opposition à la guerre des Partis Socialistes Balkaniques invitant encore tout récemment : « Les organisations socialistes des Balkans à entreprendre une active propagande en faveur de la Paix. »

Pour ces raisons, la Conférence décide que la C. G. T. devra participer à toute action prolétarienne pour la Paix ayant pour bases principales :

1. La libération des territoires envahis, y compris la Belgique ;

2. Pas d’annexion sans consultation des populations intéressées ;

3. L’indépendance politique et économique de chaque nation ;

4. Le désarmement ;

5. L’arbitrage obligatoire.

D’autre part, la Conférence considère que la vie économique des nations modernes s’internationalise de plus en plus ; que ce n’est pas la guerre économique entre nations, mais un régime de conventions libres, par des concessions réciproques, qui peut créer les conditions les plus favorables pOUr l’évolution de la lutte économique du prolétariat mondial.

Elle considère que cette attitude rendra plus efficace, plus vigoureuse, plus audacieuse l’action  des minorités qui, dans les autres nations, et notamment en Allemagne, agissent dans ce sens et qu’elle stimulera l’activité salutaire de l’Internationale Ouvrière.

Elle réclame la discussion immédiate des conditions de la Paix.

Elle dénonce l’UNION SACRÉE qui, dans tous les pays, a été le plus sûr moyen de ligoter la partie la plus saine et la plus consciente du prolétariat et réclame le rétablissement des libertés syndicales, de la liberté de presse, de réunion, etc.

La Conférence déclare qu’à aucun moment la C.G.T. ne devrait renoncer à son objectif principal, sa raison d’être : la lutte des classes.

Quelles que soient les conditions extérieures dans lesquelles se trouve le pays, oublier cette tâche c’est abdiquer, sacrifier la liberté et les droits des travailleurs au seul profit des capitalistes.

Elle demande à la classe ouvrière organisée de montrer qu’elle restera invinciblement attachée à l’Internationale.

Elle considère qu’ayant été impuissante à empêcher la Guerre, il est encore, quand même, du devoir de la C. G. T. de travailler de toutes ses forces à une rapide conclusion de la Paix.

Ce ne fut pas cet ordre du jour, présenté par Merrheim, qui fut adopté…

***

Le lendemain, une partie de la minorité ayant voté l’ordre du jour Merrheim se réunit et adressa la lettre suivante à Romain Rolland :

Paris, le 16 août 1915

A Romain Rolland,

Une Conférence des Bourses du Travail, Unions Départementales de Syndicats Ouvriers et Fédérations Nationales Corporatives et d’Industries, groupées dans la Confédération Générale Française, s’est tenue le 13 août à Paris.

Dans cette conférence, une minorité de trente organisations, sur cent dix représentées, s’est affirmée sur l’ordre du jour que vous trouverez ci-joint (Ordre du jour Merrheim).

Ceux des représentants qui ont pu se réunir à l’issue de cette Conférence, unammement émus de votre décision de renoncer à manifester publiquement votre opinion, ont tenu à vous adresser l’expression de leur ardente sympathie.

Ils vous prient de ne pas vous laisser émouvoir par les injures, ou manifestations littéraires hostiles de ceux qui seuls peuvent à l’heure actuelle exprimer librement leur pensée.

Représentants d’organisations, ils vous affirment que vos paroles ont un écho profond parmi les travailleurs restés fidèles à leurs convictions et à leur idéal de fraternité humaine.

Aussi ils espèrent avoir bientôt la joie d’apprendre que vous êtes revenu sur votre décision et que vous reprenez votre action plus que jamais nécessaire.

 

Ce contenu a été publié dans Sur la guerre - et pour la Paix, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


six − = un

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>