Note d’intention (Jérôme Pellissier)

Rallumer tous les soleils : l’expression est de Jean Jaurès, l’ambition est de Jean Jaurès, dont ce texte veut porter la voix. Une voix qui résonne dans une époque précise, que le texte souhaite aussi faire revivre, mais qui vient apporter des questionnements, des doutes et des espoirs toujours vifs. Jean Jaurès n’appartient pas au passé puisque lutter contre les forces qui nourrissent les guerres et promouvoir l’autonomie et l’égalité de tous les citoyens sont des combats toujours actuels.

On ne réalise pas facilement, aujourd’hui, à quel point les débats politiques et sociaux étaient alors incarnés : des hommes comme Péguy, poète engagé, comme Jaurès, député socialiste, vivaient leurs idées, allant jusqu’à se battre, dans les rues ou dans les manifestations, pour défendre Dreyfus ou les grandes luttes sociales et ouvrières. Des idées vivantes, une histoire vivante : l’objectif de ce texte est aussi de mettre à profit l’écriture théâtrale pour sortir certaines thématiques et certains hommes de la gangue parfois scolaire ou didactique qui les entoure.web_1M1A5844_soldats

Pourquoi faire entendre ces voix aujourd’hui ?

2014 : le centenaire de l’assassinat de Jean Jaurès comporte un risque : que le Jaurès de maintenant trahisse celui d’autrefois, qu’il ne soit plus qu’une de ces figures très brillantes mais un peu vides que certains médias affectionnent, compilation rapide de quelques images et de quelques formules ou citations…

2014 : le centenaire du début de la Grande Guerre comporte un autre risque : qu’en rendant (légitime) hommage à ceux qui sont morts à la guerre, on oublie ceux qui sont morts de la guerre ; qu’en parlant beaucoup de ceux qui ont contribué au conflit, on oublie ceux qui ont tant agi pour l’éviter. Qu’on oublie les humanistes et les pacifistes, et qu’on oublie de rappeler aussi toute cette culture qu’ils combattaient, une culture qui affirmait par exemple qu’il existait des races inférieures à coloniser, une culture qui valorisait tellement le nationalisme, même le plus exacerbé, qu’elle rendit possible l’acquittement de l’assassin de Jaurès.

Manifestation au Pré-Saint-Gervais. 1913. Discours de Jaurès.

Manifestation au Pré-Saint-Gervais. 1913. Discours de Jaurès.

Rallumer tous les soleils : Jaurès ou la nécessité du combat entend donc faire vivre les voix et les destins de ces hommes qui nous aident à penser certaines grandes questions contemporaines. Leurs destins, nous les partageons aussi par plusieurs choix d’écriture : tout d’abord, la coexistence entre des personnages réels (Jaurès, Péguy, Dunois) et des personnages de fiction (Ève, Pierre, Le Gavroche). Ces derniers sont beaucoup plus proches de nous et, en confrontant leurs émotions et leurs pensées avec celles des premiers, nous font entrer dans l’Histoire…

web_P1020683_G

Y compris, grâce au Gavroche, sous une forme gouailleuse, alternant chansons populaires et engagées et commentaires de l’actualité. Autre choix : des scènes où nous voyons, par un jeu d’aller-retour entre plusieurs lieux, différents personnages réagir aux mêmes événements ou aux mêmes idées. Permettant ainsi au spectateur de suivre cette Histoire le long de la chronologie des événements mais aussi à travers les émotions et les actes que ces événements déclenchaient.

Avec pour objectif que ces personnages, êtres d’esprit et de cœur, d’idées et de sang, que cette histoire, incarnée, parlent au présent, parlent aux présents : car les forces que combattait Jaurès sont toujours vivantes, et les paroles qu’il nous apporte sont plus que jamais nécessaires. Ces paroles chargées de futur et destinées à aider les hommes à être plus autonomes, à se libérer de tous ceux qui, dans l’ordre politique comme dans l’ordre religieux ou économique, les préfèrent dociles et résignés.

Jérôme Pellissier.

Ce contenu a été publié dans Le spectacle, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


trois + = douze

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>