Le devoir d’un député socialiste (1903)

Nous sommes à Houplines, près de Lille, en 1903. Jaurès y vient en soutien aux ouvriers du textile alors en grève. Jaurès, député socialiste, conclut son discours :

« Pendant ce temps, notre devoir à nous,  propagandiste socialiste, notre devoir à nous, représentant politique de la classe ouvrière, sera dans la mesure de nos  forces, partout dans le pays, au Parlement, devant les prolétaires et devant les assemblées, d’aller partout crier votre misère, crier votre droit, appeler tous les prolétaires à vous soutenir, tous les républicains à vous faire justice et c’est dans cette espérance que j’acclame avec vous la justice sociale et la solidarité ouvrière ».

Quelques jours après, Jaurès dénonçait à la Chambre l’attitude du patronat qui refusait, dans la négociation avec les grévistes, tout arbitrage, et parvint à faire voter par la Chambre une expression de sympathie pour la grève… qui permit aux ouvriers de sortir vainqueurs du bras de fer que le patronat avait imposé. 

En pdf, l’intégralité des discours de Jaurès prononcés lors de ces grèves tels que publiés dans la Revue socialiste fin 1903… : revue_socialiste_11-1903

Première page du n° de la Revue socialiste qui, en 1903, publie les discours prononcés par Jaurès lors des grèves des ouvriers du textile.

Première page du n° de la Revue socialiste qui, en 1903, publie les discours prononcés par Jaurès lors des grèves des ouvriers du textile – cf. la note de cette page.

Ce contenu a été publié dans De Jaurès (textes et discours de Jaurès), avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


quatre × sept =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>