Quand Jaurès parlait d’un président ami des banquiers et des patrons de presse, faux patriote et vrai coquin…

Jaurès parle d’un président de la République ami des banquiers et des patrons de presse, faux patriote et vrai coquin…

Nous sommes en 1894. Jean Jaurès défend devant la cour d’assises de la Seine le journaliste Gérault-Richard, accusé d’outrages à Jean Casimir-Perier, président de la République.

Jean Casimir-Perier : membre d’une famille de banquiers, propriétaire de mines, devenu président de la République pour servir les intérêts de l’oligarchie financière.
Dans cette plaidoirie, Jaurès dresse l’histoire d’une famille d’hommes d’argent, ou plutôt d’hommes politiques d’argent, parfaits représentants de ces hommes qui, depuis la Révolution et à travers tout le 19e siècle, prennent peu à peu possession de la République, mêlant de plus en plus profondément les affaires, la banque, la presse et la politique.
Avant d’en lire de plus longs extraits (la quasi intégralité de la plaidoirie est publiée sur cette page), quelques citations qui résonnent aujourd’hui avec une intensité toute particulière :

Hommes politiques et hommes d’argent

« Dans notre société, où le pouvoir politique est nécessairement l’expression du pouvoir économique et où il n’y a d’autre puissance que celle de l’argent, les grands banquiers et les spéculateurs qui ont capté dès le début les sources de l’argent, ont capté par cela même les sources de la puissance. »

Au sujet de Casimir Perier (le père du président) :

« Pour refaire cette fortune, voici quel est son premier coup de spéculation, qui juge toute sa manière. Il achète actif et passif une maison qui traversais des embarras momentanés. Il réalise aisément l’actif et triple sa fortune. C’est ainsi, messieurs les jurés, la caractéristique de Casimir Perier. C’était avant toute chose un banquier de proie. Il guettait dans notre société tourmentée les sinistres commerciaux et industriels et s’enrichissait de la défaite des vaincus de la dépouille des naufragés. […]
Et lorsque ces embarras ne suffisaient pas, lorsqu’il n’y avait pas assez de détresses à exploiter, pas assez de ruines dont il pût hausser sa maisons, pas assez de naufrages dont il pût piller les dépouilles, il créait lui-même ces embarras, ces ruines, ces naufrages. Comme régent de la Banque de France […]

Les vrais patriotes et les faux patriotes

 » Et après tout cela, quand nous trouvons d’époque en époque tous ces scandales dans l’histoire de la dynastie, on s’étonne que Gérault-Richard accuse ces hommes d’être de faux patriotes ! Mais qu’est-ce donc que le patriotisme ? Consiste-t-il à prodiguer à tout propos le mot de patrie ? […]
Non. Depuis que la Révolution française a fait la patrie une et indivisible, le patriotisme consiste à subordonner l’intérêt particulier à l’intérêt général. Mais lorsqu’une oligarchie puissante abuse de son pouvoir d’argent pour subordonner au contraire l’intérêt général à l’intérêt particulier, quand le chef d’une famille arrogante profite de son passage au ministère pour agrandir son domaine minier ou ramasser de l’or dans des spéculations qui diminuent la force défensive de la patrie, qu’on ne parle plus de patriotisme, qu’on ne souffle plus avec emphase dans des clairons fêlés.
Tout cela n’est que comédie, fausseté et mensonge, et Gérault-Richard a raison de crier, ici et ailleurs : « Faux patriotes ! » Cette vérité qu’il a dite, l’histoire la ratifiera. »

La presse avilie par la corruption et la finance

« Donc, quel argument reste-t-il ? — Que nous voulons déshonorer la presse ? […]
On a parlé de ce qui peut avilir la presse. Ah ! ce ne sont pas des polémiques loyales. Ce qui peut l’avilir, c’est le régime des fonds secrets et des mensualités servies par les banquiers.
Nous protestons contre un régime capitaliste et financier qui livre la presse à la corruption gouvernementale et à la vaste puissance des établissements de crédit : Crédit foncier, Crédit lyonnais, etc., de ceux qui ont volé hier et de ceux qui voleront demain.
Voilà ce qui avilit la presse française et la rabaisse à n’être plus que l’organe des hommes d’argent.
[…] Il y a la presse vénale, qui trop souvent n’est qu’un outil de plus aux mains du pouvoir ou des financiers. »

Un président de la finance, de la réaction et des coquins

 » Et de quels arguments se sert-on pour nous arrêter ? On nous dit : Le président de la République doit être au-dessus des partis, des discussions et des luttes. Mais est-ce nous qui l’avons jeté dans la lutte ? Est-ce qu’il est entré à l’Élysée comme un arbitre impartial tenant sa bienveillance égale entre toutes les fractions du pays ?
Non, il y est entré comme président de combat […]. Vous l’avez vu, en effet, ce n’est pas le pays tout entier qui s’est groupé autour de lui, mais seulement toutes les forces rétrogrades et oligarchiques.
Tous ceux qui avaient quelque inquiétude devant l’avenir de justice qui se prépare se sont rencontrés d’instinct autour de l’homme dont le nom signifie réaction et résistance. Il en est qui veulent qu’on renouvelle le privilège de la Banque de France, parce que cela permettra aux gros banquiers de rester maître du crédit contre la bourgeoisie travailleuse aussi bien que contre le prolétariat. Ces hommes se sont dit : Puisque ce sont les Perier qui ont fondé la Banque de France pour les banquiers, nous sommes bien tranquilles : nous allons porter Casimir-Perier à la présidence de la République et le privilège de la Banque sera renouvelé au profit des grands financiers.
D’autres hommes se sont dit : Est-ce que par hasard les ouvriers des mines ou des filatures voudraient élever leurs prétentions ? Eh bien, il y a là le seigneur féodal d’un domaine minier, nous allons le hausser à la présidence de la République, et de là-haut son nom seul rappellera aux ouvriers les massacres de Lyon et les longues résignations silencieuses d’Anzin.
Et puis, il y a tous ceux qui [ont été mêles aux récents scandales financiers]. Expliquez-moi, je vous prie, en vertu de quel instinct et de quelle affinité tous, condamnés et acquittés, se sont groupés dès la première heure autour de la candidature de Casimir-Perier. […] Tous [c]es hommes qui se sentent suspects savent qu’il y a dans les origines de la fortune des Perier des parties louches qui créent entre elle et eux je ne sais pas quelle complicité vénérable. Et les coquins du jour, qui n’ont pu parvenir encore à l’autorité morale par la longue possession des fortunes mal acquises, se sentent protégés par la majesté des rapines séculaires dont le temps a effacé la honte sans abolir le profit.
Voilà pourquoi il y a eu de toute part vers le nouveau chef de la République un concours de toutes les volontés rétrogrades, de toutes les frayeurs oligarchiques, de toutes les cupidités serviles. […] »

———————

Extraits plus longs de la plaidoirie de Jean Jaurès :

[…] Eh bien ! messieurs les jurés, nous ferons devant vous ce que l’accusation n’a pas fait, et nous nous attacherons à montrer que l’article ne contient d’outrage ni dans ses termes particuliers, ni dans son inspiration générale.
Où est donc l’injure ?
Vous avez dit que le titre : « A bas Casimir ! » constituait un outrage. [...] Je vous rappelle surtout que le prénom de Casimir a cessé d’être un prénom, et que depuis deux générations il a été pieusement incorporé au nom de famille pour que l’orléanisme autoritaire, avide, égoïste et sanglant de l’aïeul fût désormais le patrimoine impérissable des Perier.
Est-ce parce que nous avons écrit les mots : « A bas ! » devant le prénom ou devant le nom, que le titre de l’article contient un outrage ?
Mais je comprends, à la rigueur, que si ce cri avait été poussé dans la rue, pour provoquer sur le passage même du président un attroupement hostile ou une manifestation tapageuse, je comprends, dis-je, qu’il soit poursuivi. Mais l’on prend l’article dans son sens littéral et dans le sens politique que lui donne son auteur, quand il termine par ces mots : « A bas Casimir ! » c’est-à-dire : « Vive la République des travailleurs ! » il est clair que ce cri ne signifie qu’une chose : c’est que dans notre pays, les vrais démocrates et les vrais républicains souhaitent et préparent la chute du président Perier. Et c’est leur droit. […]
La bourgeoisie généreuse
C’est cette bourgeoisie [celle de Diderot et de Concorcet, celle qui rêvait une société d’égalité et de solidarité] qui en 1830, d’accord avec le peuple des Trois Journées, a voulu faire sortir de la Révolution sinon la République elle-même, du moins l’esprit républicain. Et le peu qui en reste aujourd’hui après d’innombrables faillites politiques et morales, va se confondre de plus en plus dans la préparation de la République sociale avec le prolétariat croisant et organisé.

Cette bourgeoisie avide qui détourna la Révolution à son profit

Mais en face de cette bourgeoisie généreuse, il y avait une autre bourgeoisie égoïste, vaniteuse et avide. Celle-là aussi préparait la Révolution. Mais au lieu de la préparer pour toute la nation, elle la préparait pour elle-même et pour elle seule, pour ses intérêts et ses vanités de classe. Elle voulait supprimer les nobles, mais pour les remplacer. Elle réunissait déjà dans de vastes manufactures de nombreux ouvriers, étrangement exploités.
Riche de ses monopoles industriels, de ses spéculations sur les effets publics, de ses trafics dans la ferme de l’impôt, elle achetait les châteaux splendides des grands seigneurs obérés, comme Claude Perier installant dans le château de Vizille, acheté d’un Villeroy, dernier héritier d’un Créqui-Lesdiguières, une manufacture de toile.

Quelques mots sur Claude Perier, l’ancêtre [1742-1801]
Sa première rencontre avec la démocratie

Mais là encore cette bourgeoisie avait une tristesse. Plus vaniteuse que fière, elle craignait d’être dédaignée par les nobles mêmes qui lui avaient vendu leurs domaines. Et alors une double pensée travaillait Claude Perier : ou il deviendrait noble et marcherait l’égal des grandes familles, ou il abolirait le régime féodal et nobiliaire pour qu’une seule noblesse restât debout, celle de l’argent, et pour que la suzeraineté féodale et nobiliaire ne fît pas ombre à la nouvelle suzeraineté industrielle qu’il prétendait exercer. Voilà, dès le début, l’esprit même de la race tel qu’il va se développer pendant un siècle. […]
[Jaurès dresse un long portrait de Claude Perier, l’ancêtre du président de la République].
Claude Perier, surgissant à l’heure où commençait le régime de la grande industrie et de la grande bourgeoisie, par une combinaison qui est encore un caractère de sa race, unit en lui l’esprit des combinaisons hardies et des vastes exploitations qui a fait fortune de la bourgeoisie nouvelle et l’étrange lésinerie de la bourgeoisie ancienne, qui ne pouvait s’enrichir que petitement. Jamais homme ne fut plus avare que Claude Perier dans des affaires plus étendues. Tous les ouvriers qu’il accumulait dans ses ateliers ont eu à pâtir du régime du capitaliste naissant et de la sordide avarice du maître.
Pauvres ouvriers de la fin du XVIIIe siècle ! Jamais matière humaine ne fut manipulée plus âprement. Ils avaient contre eux les pouvoirs anciens et les pouvoirs nouveaux : le noble, le bourgeois, le roi qui les faisait saisir comme déserteurs quand ils quittaient l’atelier. L’ouvrier n’avait plus l’abri, si insuffisant fût-il, des vieilles corporations, et il ignorait encore qu’il était capable de faire des révolutions. Si dédaigné, si méprisé et si oublié, qu’en 1789, quand un souffle de générosité passa sur le pays, on oublié de le convoquer aux Assemblées primaires.
Et alors les ouvriers de la région de Paris et de celle de Lyon, qui était celle de Claude Perier, se réunirent à part et rédigèrent après les cahiers des trois ordres ce qu’ils appelaient les cahiers des pauvres, où ils demandaient que le salaire ne fût pas froidement calculé en vertu des maximes d’une cupidité effrénée. Parmi les inspirateurs de ces tristes cahiers des pauvres, figuraient les ouvriers des manufactures de Claude Perier. Donc, d’un côté, sordide et cruelle avarice ; de l’autre, les cahiers des pauvres. Voilà la première rencontre des Perier avec la démocratie.

Quand les banquiers et les spéculateurs se firent politiques

Pendant la tempête et jusqu’à la fin de la Terreur, Claude Perier acheta, par quelques libéralités forcées, un peu de tranquillité et de sécurité. Après Thermidor, il se précipite vers Paris où les agitations d’argent vont succéder aux agitations de conscience, et là, sur les fluctuations des domaines nationaux, sur les variations des effets publics et sur les fournitures de la guerre, il se livre à des spéculations qui enflent sa fortune. Il devient l’une des puissances financières du Directoire et du Consulat. Il entre aux mines d’Anzin, d’où les nobles avaient émigrer, mais où avait subsisté la constitution de l’ancien régime. Il réalise ainsi son rêve qui était de fonder sur une base féodale sa domination bourgeoise, et il entre à la Banque de France, créée par le premier consul. C’est lui qui en rédige les statuts, instituant dans la banque de l’État la prédominance d’une oligarchie financière. C’est ainsi que par Claude Perier, toute la puissance financière du temps commence à se concentrer dans cette famille.
Par des spéculations dans l’industrie et la banque et par la part qu’elle prend dans le domaine minier, la famille Perier étend son action à toute la surface de la production capitaliste. Alors les grandes ambitions politiques peuvent venir.
Dans notre société, où le pouvoir politique est nécessairement l’expression du pouvoir économique et où il n’y a d’autre puissance que celle de l’argent, les grands banquiers et les spéculateurs qui ont capté dès le début les sources de l’argent, ont capté par cela même les sources de la puissance.

Après Claude Perier, le fils : Casimir Perier

Les banquiers (de proie) arrivent au pouvoir

Casimir Perier, futur ministre de Louis-Philippe, peut s’élancer avec une arrogance impétueuse à la conquête du pouvoir. Il commence par refaire et par agrandir sa fortune, car la fortune du père Claude Perier avait été partagée entre ses nombreux enfants. Pour refaire cette fortune, voici quel est son premier coup de spéculation, qui juge toute sa manière. Il achète actif et passif une maison qui traversais des embarras momentanés. Il réalise aisément l’actif et triple sa fortune. C’est ainsi, messieurs les jurés, la caractéristique de Casimir Perier. C’était avant toute chose un banquier de proie. Il guettait dans notre société tourmentée les sinistres commerciaux et industriels et s’enrichissait de la défaite des vaincus de la dépouille des naufragés. […]
Et lorsque ces embarras ne suffisaient pas, lorsqu’il n’y avait pas assez de détresses à exploiter, pas assez de ruines dont il pût hausser sa maisons, pas assez de naufrages dont il pût piller les dépouilles, il créait lui-même ces embarras, ces ruines, ces naufrages. Comme régent de la Banque de France, il faisait partie du conseil d’escompte et s’y montrait d’une impitoyable sévérité, refusant le crédit aux industriels ou aux commerçants. Quand il les voyait ainsi acculés, sans crédit, sans ressources, il leur ouvrait les guichets de sa propre banque et leur fournissait des capitaux avec un escompte usuraire.
Ah ! lorsque nous protestons, comme Gérault-Richard l’a fait, avec une véhémence loyale contre ces procédés de déprédation et de pillage, on nous accuse avec légèreté de ne songer qu’au prolétariat ouvrier. […] Ce que nous défendons contre ces manœuvres louches des banquiers arrivés au pouvoir, ce n’est pas le prolétariat ouvrier seul, c’est l’ensemble des forces productrices de notre pays. J’ose dire que c’est aussi l’honneur du pays et de la France elle-même.
Oui, messieurs les jurés, c’est la loi souveraine de l’histoire : il faut que tout régime ait son symbole et son signe visible par où se trahit et éclate son âme. On a voulu faire la République des grands manieurs d’argent et des grands usurier ; eh bien ! le domaine où réside le président de la République, où il convoque les ministres et signe les décrets ; le domaine d’où il promulgue les lois et où il reçoit, au nom de la France, les représentants des peuples, c’est une terre d’usure, et lorsque la République française touche ce sol, c’est un esprit d’usure qui monte en elle.
Je vous l’avoue, j’aimais mieux pour notre pays les maisons de débauche où agonisait la vieille monarchie de l’ancien régime, que la maison louche de banque et d’usure où agonise l’honneur de la République bourgeoise.
M. le Président : Monsieur Jaurès, vous allez trop loin. Vous avez fait jusqu’à présent le procès de la famille Perier et vos dernières comparaisons dépassent toutes les bornes ; vous comparez la maison du président de la République à une maison de débauche…
M. Jaurès : Je ne la compare pas, je la mets au-dessous. […]

Opportuniste avant tout…

[Jaurès poursuit le portrait de Casimir Perier et la manière dont il concilie intérêts politiques et économiques à son profit et au profit de ceux de sa caste.]
Riche manufacturier, riche banquier, riche propriétaire de mines, il y a une chose qui l’émeut et qui le trouble tout d’abord : ce sont les commencements de révolte ouvrière.
Il y a à Lyon des ouvriers qui gagnent dix-huit sous par jour pour dix-huit heures de travail, et il se trouve que dans une réunion de prud’hommes patrons et de prud’hommes ouvriers présidée par le général et par le préfet, un tarif de salaires a été élaboré d’un commun accord entre les ouvriers et les patrons. Mais Casimir Perier n’admet pas que les ouvriers puissent intervenir dans la fixation des salaires et produire ainsi une diminution du dividende. Il envoie alors au préfet et au général l’ordre de briser le tarif convenu. Il déchaîne ainsi à Lyon un commencement de révolution qui est réprimé à coups de fusil. En faisant ainsi tirer sur les ouvriers, sur les droits, sur les espérances du prolétariat.
[… Jaurès évoque ensuite un autre scandale politico-financier dans lequel Casimir Perier fut mouillé – l’affaire dite des « fusils Gisquet »]

Les vrais patriotes et les faux patriotes

Et après tout cela, quand nous trouvons d’époque en époque tous ces scandales dans l’histoire de la dynastie, on s’étonne que Gérault-Richard accuse ces hommes d’être de faux patriotes ! Mais qu’est-ce donc que le patriotisme ? Consiste-t-il à prodiguer à tout propos le mot de patrie ? […] Consiste-t-il à aller sur un champ de manœuvres et à recevoir des généraux des témoignages de courtisanerie que les rois et les empereurs n’auraient pas tolérés ?
Non. Depuis que la Révolution française a fait la patrie une et indivisible, le patriotisme consiste à subordonner l’intérêt particulier à l’intérêt général. Mais lorsqu’une oligarchie puissante abuse de son pouvoir d’argent pour subordonner au contraire l’intérêt général à l’intérêt particulier, quand le chef d’une famille arrogante profite de son passage au ministère pour agrandir son domaine minier ou ramasser de l’or dans des spéculations qui diminuent la force défensive de la patrie, qu’on ne parle plus de patriotisme, qu’on ne souffle plus avec emphase dans des clairons fêlés.
Tout cela n’est que comédie, fausseté et mensonge, et Gérault-Richard a raison de crier, ici et ailleurs : « Faux patriotes ! » Cette vérité qu’il a dite, l’histoire la ratifiera.

Faux philanthropes et vrais exploiteurs

Ces hommes sont aussi de faux philanthropes. Croyez-vous en effet que pour mériter le titre de philanthrope, il suffise d’envoyer quelques billets de mille francs à ceux qui combattent le croup, et de les envoyer en retard, sur la sommation des journaux et après l’exemple donné par les princes exilés ?
Non, l’amour des hommes commence par laisser à ceux qui travaillent pour vous ce qui leur est dû, et je défie les plus complaisants de prêter à la famille Perier le titre de philanthrope, lorsqu’on aura vu, en quelques traits, ce qu’a été sous sa domination la condition des ouvriers d’Anzin.
Ah ! certes, si jamais affaire devait prédisposer à la générosité, par l’excellence de ses résultats et par la beauté de ses dividendes, c’est bien celle-là. En effet, dès 1799, les bénéfices annuels de l’affaire étaient égaux au capital engagé dans l’entreprise. […] Alors, les produits montent, les dividendes s’enflent, et on arrive rapidement, dès 1824 ou 1825, à près de 3 millions de bénéfices annuels.
Comment y arrive-t-on ? Par ces tarifs et aussi par la fraude envers l’État. Les mines d’Anzin ne payaient pas les droits que doivent toutes les propriétés foncières, et elles étaient seules parmi toutes les mines à ne pas les payer. […] Et ce sont ces hommes, ces fraudeurs féodaux, qui étaient à la tête de l’État ! C’est Casimir Perier pendant ces deux ministères qui a maintenu cette volerie aux dépens du Trésor.
Ah ! nous aurions le droit de leur crier, puisque leur pouvoir leur vient de leur fortune : restituez votre fortune ! restituez votre pouvoir, car tout cela n’est pas à vous !
On pouvait donc, avec ces bénéfices frauduleux, avoir pour les ouvriers qui peinaient quelque générosité, quelque humanité. Que font les Perier au moment où ils prennent la direction ? Dès 1820, ils suppriment les secours qui étaient donnés aux enfants et aux femmes. En 1825, les secours de maladie accordés aux ouvriers sont réduits de 6 francs à 5 francs par semaine. Avant 1824, le salaire était d’environ 34 sous par jour ; les Perier l’abaissent à 30 sous. Et c’est précisément au moment où les dividendes montent que les salaires baissent. […]
[… Jaurès évoque les ouvriers chassés, poursuivis devant la justice, quand à la fin ils se révoltent contre ces conditions de travail et font pacifiquement grève]
Sachez aussi que les magistrats, au moment même où par la dureté de la loi, complice de la dureté du capital, ils étaient obligés de condamner les ouvriers coupables du seul fait de grève pacifique, sachez donc que les magistrats eux-mêmes, émus de remords, de pitiés, faisaient la leçon et le procès de la compagnie. Oui, monsieur le président de la cour, le président votre prédécesseur disait alors dans son allocution finale, adressée aux ouvriers : «Toutes les autorités forment des vœux sincères pour l’amélioration de votre sort. La voix de l’humanité ne tardera pas à des faire entendre. Les propriétaires des riches établissements ne peuvent être vos tyrans. Non, ils ne peuvent l’être. Un titre plus digne leur est réservé. Ils ne laisseront pas à d’autres le mérite d’être vos bienfaiteurs.»
C’était la condamnation légale des ouvriers, mais par les juges eux-mêmes la condamnation morale de Perier, jusqu’au jour, qui n’est pas encore venu, où la condamnation morale se traduira en condamnation légale. Mais quelle cruelle ironie dans l’histoire, puisque c’est la fortune prélevée sur la misère ouvrière par le premier Casimir Perier qui a donné au Casimir-Perier d’aujourd’hui le pouvoir qui doit perpétuer la misère ouvrière ! en sorte que c’est la souffrance des pères qui prépare et qui crée la souffrance des fils ! Terrible paradoxe et qui sera brisé un jour pas la révolution de justice ! Mais en attendant, combien ont pâti ! combien ont péri ! Et vous vous étonnez que nous ne puissions pas sourire à cette œuvre mauvaise, et que nous appelions faux philanthropes ceux qui profitent et qui la continuent !

Nous parlons au nom d’un siècle de silence !

Non, messieurs les jurés, nous ne pouvons pas répéter la grande parole biblique : « Et les morts, de tombeau à tombeau, se racontent la miséricorde du Seigneur. » Vraiment, ce que se racontent de tombeau à tombeau — je veux dire de génération à génération — les innombrables morts du peuple ouvrier, c’est la dureté du Seigneur nouveau, du Capital souverain, dieu implacable du prolétariat décimé !
Et vous vous étonnez de la véhémence de nos paroles, de la force de nos accusations ! Mais songez donc que nous parlons au nom d’un siècle de silence ! Songez donc qu’il y a cent ans il y avait dans ces ateliers et dans ces mines des hommes qui souffraient, qui mouraient sans avoir le droit d’ouvrir la bouche et de laisser passer, en guise de protestation, même leur souffle de misère : ils se taisaient.
Puis un commencement de liberté républicaine est venu. Alors nous parlons pour eux, et tous leurs gémissements étouffés, et toutes les révoltes muettes qui ont crié tout bas dans leur poitrine comprimée vibrent en nous, et éclatent par nous en un cri de colère qui a trop attendu et que vous ne comprimerez pas toujours.

Jean Casimir-Périer, président de la finance, de la réaction et des coquins

Et de quels arguments se sert-on pour nous arrêter ? On nous dit : Le président de la République doit être au-dessus des partis, des discussions et des luttes. Mais est-ce nous qui l’avons jeté dans la lutte ? Est-ce qu’il est entré à l’Élysée comme un arbitre impartial tenant sa bienveillance égale entre toutes les fractions du pays ?

Non, il y est entré comme président de combat […]. Vous l’avez vu, en effet, ce n’est pas le pays tout entier qui s’est groupé autour de lui, mais seulement toutes les forces rétrogrades et oligarchiques. Tous ceux qui avaient quelque inquiétude devant l’avenir de justice qui se prépare se sont rencontrés d’instinct autour de l’homme dont le nom signifie réaction et résistance. Il en est qui veulent qu’on renouvelle le privilège de la Banque de France, parce que cela permettra aux gros banquiers de rester maître du crédit contre la bourgeoisie travailleuse aussi bien que contre le prolétariat. Ces hommes se sont dit : Puisque ce sont les Perier qui ont fondé la Banque de France pour les banquiers, nous sommes bien tranquilles : nous allons porter Casimir-Perier à la présidence de la République et le privilège de la Banque sera renouvelé au profit des grands financiers.
D’autres hommes se sont dit : Est-ce que par hasard les ouvriers des mines ou des filatures voudraient élever leurs prétentions ? Eh bien, il y a là le seigneur féodal d’un domaine minier, nous allons le hausser à la présidence de la République, et de là-haut son nom seul rappellera aux ouvriers les massacres de Lyon et les longues résignations silencieuses d’Anzin.
Et puis, il y a tous ceux qui [ont été mêles aux récents scandales financiers]. Expliquez-moi, je vous prie, en vertu de quel instinct et de quelle affinité tous, condamnés et acquittés, se sont groupés dès la première heure autour de la candidature de Casimir-Perier. […] Tous [c]es hommes qui se sentent suspects savent qu’il y a dans les origines de la fortune des Perier des parties louches qui créent entre elle et eux je ne sais pas quelle complicité vénérable. Et les coquins du jour, qui n’ont pu parvenir encore à l’autorité morale par la longue possession des fortunes mal acquises, se sentent protégés par la majesté des rapines séculaires dont le temps a effacé la honte sans abolir le profit.
Voilà pourquoi il y a eu de toute part vers le nouveau chef de la République un concours de toutes les volontés rétrogrades, de toutes les frayeurs oligarchiques, de toutes les cupidités serviles.
Voilà pourquoi, en l’attaquant, nous attaquons un parti, comme c’est notre droit. Nous n’attaquons ni la France ni la République […]

La presse avilie par la corruption et la finance

Donc, quel argument reste-t-il ? — Que nous voulons déshonorer la presse ? […]
On a parlé de ce qui peut avilir la presse. Ah ! ce ne sont pas des polémiques loyales. Ce qui peut l’avilir, c’est le régime des fonds secrets et des mensualités servies par les banquiers.
Nous protestons contre un régime capitaliste et financier qui livre la presse à la corruption gouvernementale et à la vaste puissance des établissements de crédit : Crédit foncier, Crédit lyonnais, etc., de ceux qui ont volé hier et de ceux qui voleront demain.
Voilà ce qui avilit la presse française et la rabaisse à n’être plus que l’organe des hommes d’argent.
Vous avez en face de vous un homme qui écrit dans un petit journal qu’il a créé, un homme indépendant, loyal, honnête et au concours duquel vous étiez les premiers à faire appel quand il s’agissait de lutter pour les libertés républicaines. Cet homme va chercher ce qu’il écrit non pas dans les fonds secrets de M. Dupuy, non dans les mensualités des institutions de crédit, mais dans sa conscience seule.
Et pendant que les hauts financiers restent impunis, c’est lui que vous condamneriez !
Ah ! le principe d’autorité est assez sauvegardé, j’imagine, et il y a assez d’autorité dans notre pays. Il y a cette puissance du capital qui s’exerce non pas seulement sur les ouvriers, mais encore sur vous-mêmes par la concentration de tous les capitaux et de tous les moyens de production, par le développement des grands magasins, des grandes usines, des grandes banques.
Messieurs les jurés, vous êtes, comme les ouvriers, et sans vous en douter peut-être, à la discrétion de cette toute-puissance du capital. […]
Il y a la presse vénale, qui trop souvent n’est qu’un outil de plus aux mains du pouvoir ou des financiers.
C’est à vous de dire si, pour faire équilibre et contre-poids à toutes ces puissances, il ne restera pas un peu de liberté aux journalistes consciencieux et honnêtes.
Vous savez bien que parce que le jury, en trois décisions successives, a acquitté des journalistes coupables d’irrévérence envers la magistrature, il est question de supprimer le jury ; et je sais qu’on attend votre décision aujourd’hui, qu’elle sera à votre dossier, et que si vous vous montrez indépendants, on se propose de supprimer la juridiction du jury et de vous arracher votre magistrature.
Je suis sûr d’avance que toutes ces menaces n’auront aucune action sur vous, que vous resterez des citoyens libres défenseurs de la liberté. Nous sommes assurés que c’est un verdict de liberté que vous allez rendre.
Et à quoi, si vous écoutez M. l’avocat général, condamnerez-vous Gérault-Richard ? A un an de prison, pour avoir, sous la République, discuté le président élu de la République ! Ce ne serait plus l’application du droit républicain, c’en serait la négation. Et de cette négation vous ne vous rendrez pas responsables.
–-

A l’issue du procès, Gérault-Richard est condamné à un an de prison. Quant à Casimir-Perier, il démissionne deux mois plus tard.

Ce contenu a été publié dans De Jaurès (textes et discours de Jaurès), avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


quatre + = treize

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>