Quand la finance corrompt la presse et trompe l’opinion (Jaurès & l’Humanité)

Jaurès fonde L’Humanité en 1904. Dès 1906, les difficultés financières apparaissent. Et dans leur sillage les chacals, que Jaurès et l’Humanité, contrairement à la majorité des autres journaux [rappelons notamment que la quasi totalité de la presse française fut payée pour promouvoir les "emprunts russes"], rejetteront… 

Dans l’article Notre crise, le 5 octobre 1906, Jaurès évoque certains secours proposés au journal… :

Des concours qui nous sauveraient financièrement m’ont été offerts : mais à des conditions inacceptables pour nous. Les uns m’ont apporté, il y a quatre jours, deux cent mille francs, c’est-à-dire le salut certain et définitif, mais à condition que nous cessions toute campagne contres les «finances russes», et que nous ne protestions pas contre les nouveaux emprunts que médite le tsarisme sur le marché français pour mieux égorger la liberté russe. D’autres m’ont demandé en échange de leur concours immédiat de fâcheuses interventions auprès du gouvernement. Il vaut mieux que nous disparaissions si la vie est à ce prix, et que nous préparions la liquidation du journal dans des conditions honorables pour lui et pour nous.

-

Dans l’article La curée prochaine, le 30 juin 1909, Jaurès expose la manière dont certains lobbies industriels tentent d’acheter la presse – et pour un Jaurès qui les dénonce, pour un journal qui les rejette, on sait combien les accueillirent les bras ouverts… :

Hier matin les administrateurs de l’Humanité ont reçu la visite d’un publiciste qui leur offrait de mener dans nos colonnes au profit de tels ou tels fournisseurs de la marine une campagne fructueuse. Il s’agissait, en vue du prochain programme de travaux, de dériver les commandes vers certains types industriels. Nos amis ont fait la réponse qui convenait.

Mais voilà le cas que les grands fournisseurs, les grands capitalistes, font des enquêtes. On pourra voter ce qu’on voudra, ils s’en moquent. Une seule chose les intéresse : c’est qu’au bout des paroles et des votes, il y aura un nouveau programme de dépenses, de nouveaux crédits. Et ils essaient de se tailler d’avance la plus large part en corrompant la presse, en trompant l’opinion, en compromettant les hommes publics.

Il faudrait pour empêcher la curée une énergie de fer, et la France n’a à son service qu’un ministère sans principes, manipulant une majorité sans ressort, tout entière absorbée par des soucis d’arrondissements, par des besognes de clientèle.

-

11 novembre 1913. Face aux difficultés du journal, Jaurès reprend la plume (article intitulé Pour le développement de l’Humanité) pour inciter les lecteurs qui l’achètent au numéro à s’abonner. (Voir aussi à ce sujet l’article Par l’abonnement de 1905). Il y évoque de nouveau « l’effort de la finance pour s’emparer partout des ressources d’information » et le besoin, pour que le journal reste indépendant, que ce soit ses lecteurs qui le soutiennent. Extraits :

[...]  un journal puissant, affranchi de toutes préoccupations comme il est libre de toute entrave. J’ose dire que nous avons le droit de leur adresser cet appel, car le journal du Parti a fait un grand effort dont ils sont eux-mêmes les témoins, pour être à la hauteur de son rôle, pour devenir à la fois un outil d’information, un moyen d’éducation et une arme de combat.

[...] C’est notre devoir et c’est notre honneur d’écarter toute publicité de finance.

Car la finance et la politique sont aujourd’hui si étroitement mêlées, les rapports du capitalisme et de l’État sont si multiples, les concessions de toute ordre mettant si complètement aux prises les intérêts du capitalisme et ceux de la Nation, les emprunts extérieurs et la diplomatie s’enchevêtrent en de si étranges replis et des noeuds si multipliés qu’un journal n’est libre de son action nationale et internationale qu’à la condition de rejeter des subventions et des concours qui pris en soi, pourraient paraître innocents à des citoyens attentifs.

Oui, mais comme les ressources de cet ordre sont trop souvent une partie du budget de la presse, il faut que dans la nôtre il y soit suppléé par le dévouement et le zèle des militants.

L’effort de la finance pour s’emparer partout des ressources d’information est immense. En ce moment même la grande presse anglaise, qui avait su jusqu’ici assurer son indépendance par une puissante organisation commerciale, est obligée de se défendre contre des tentatives suspectes. Une agence d’information et de réclame a promis par une circulaire à tous ceux qui s’adresseraient à elle d’introduire la défense de leurs intérêts jusque dans les éditoriaux, jusque dans les articles de fond des grands journaux d’Angleterre. Bientôt un journal pleinement indépendant sera un des grands luxes de la pensée humaine ; et une des gloires du Parti socialiste sera de donner à l’intelligence et à la conscience des hommes cette garantie et cette sécurité.

Encore une fois, il suffit que nos lecteurs de province, en s’imposant eux-mêmes, pour Leur Parti et pour Leur Classe l’ennui dont j’ai parlé, deviennent des abonnés au lieu de rester des acheteurs au numéro, pour que notre journal, leur journal, ait une base aussi solide que le roc et aussi limpide que le cristal. J’ajoute, mais c’est une idée que je préciserai un jour prochain, que jamais le devoir ne s’imposa à nous plus impérieusement de constituer un journal de lumière, de libre combat et de probité.

-

Voir aussi, au sujet de l’Humanité, l’article : Un journal pour traduire la pensée de la classe ouvrière

 Presse et corruption

L'Humanité, 11 novembre 1913. Article de jaurès :

L’Humanité, 11 novembre 1913. Article de jaurès : Pour le développement de l’Humanité

Ce contenu a été publié dans De Jaurès (textes et discours de Jaurès), avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× neuf = quarante cinq

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>